Quand je reste perplexe que l’on commence à commémorer le centenaire de 1914 en 2013.